mutuelle étudiante
le 28/07/2017

Zoom sur la réforme des mutuelles étudiantes remplacées par le régime général

Depuis la dernière campagne présidentielle, Emmanuel Macron a promis de réformer les mutuelles étudiantes pour les passer sous le régime général. Agnès Buzin, Ministre de la santé approuve cette réforme en confirmant que « les étudiants seront donc soit affiliés au régime général, soit affiliés à leurs parents ».

Le Président de la République a défini le système actuel comme « une exception française inefficace et dispendieuse ».

 

 

Cette réforme permettra, en effet, de faciliter la vie des étudiants, diminuer le temps d’attente des cartes vitales, simplifier toute l’administration et même générer des économies.

Suite à cette annonce, les présidents de la LMDE (La Mutuelle Des Etudiants) ou encore d’Emévia (réseau National des Mutuelles de proximité) se sentent menacés par cette réforme et savent qu’ils peuvent rapidement sortir du marché.

Afin de limiter le possible accroissement du chômage lié à ces décisions, des plans d’embauche sont prévus par le ministre de l’économie. Le personnel des mutuelles régionales actuelles sera réembauché par la CNAM-TS (Caisse Nationale de l’Assurance Maladie des Travailleurs Salariés) en fonctions des besoins.

Les mutuelles étudiantes ne montrent pas réellement leur peur face à ses projets de loi, mais se défendent quand même en remettant en question cette réforme qui perturbera près de 70 ans de système de sécurité sociale étudiante. Elles insistent même en déclarant qu’elles sont beaucoup plus compétentes que la CNAM (Caisse Nationale d’Assurance Maladie) qui ne possède aucune connaissance au sujet des préventions nécessaires aux étudiants ainsi qu’aux préoccupations qu’ils peuvent avoir. Elles soulignent aussi l’importance pour un étudiant d’être remboursé rapidement après avoir avancé des frais de soins. En l’occurrence, certaines mutuelles étudiantes remboursent sous 48h tandis que le régime général pourra mettre jusqu’à une semaine.

Pour autant, la FAGE (Fédération des Associations Générales Étudiantes) qui est le seul syndicat étudiant qui adhère au projet de réforme, dénonce à son tour que les mutuelles étudiantes ont des failles. Par exemple, la réception des cartes vitales ou encore des remboursements qui peuvent mettre plusieurs mois avant de parvenir aux étudiants. Il peut même arriver que des clauses de contrats soient abusives.

La réforme n’est encore qu’un projet, elle sera normalement mise en place à l’automne 2018.

article précédent retour à la liste article suivant