Aidodys a créé une application permettant d’adapter la mise en page de textes
le 10/04/2015

Une start-up lyonnaise à l’origine d’une application pour lutter contre les troubles de la lecture

La start-up lyonnaise Aidodys a créé une application permettant d’adapter la mise en page de textes afin de faciliter la lecture pour les enfants atteints de troubles de la lecture. A l’origine de cette idée, une employée de vie scolaire confrontée à la difficulté d’aider les enfants dyslexiques.

La lecture au centre des préoccupations

Nommée « Web Collaborative », l’application créée par la start-up lyonnaise Aidodys semble être une aide indispensable pour les enfants atteints de troubles de la lecture. En effet, grâce à cette application, les textes sont mis en page en fonction de leur contenu : exercices, leçons ou pages de livre.

Tout est optimisé pour faciliter la lecture et permettre aux enfants de distinguer plus facilement les espaces entre les lettres, les majuscules et les signes de ponctuation.

Pour qui ?

Cette application est destinée aux professionnels de la santé, aux enseignants et aux parents qui doivent faire face aux troubles de lecture d’enfants dyslexiques, dysphasiques ou dyspraxiques.

L’idée d’une employée de vie scolaire

Mise au point par Thibault Lebocq, « Web Collaborative » est avant tout une idée de sa mère, employée de vie scolaire à Lentilly dans le Rhône. Confrontée à la dyslexie des enfants, elle avait trouvé une solution pour faciliter l’apprentissage de la lecture : elle scannait les pages de livres et effectuait des modifications grâce au logiciel Word. Il est apparu évident que la création d’une « plateforme qui s’adapte automatiquement aux troubles de l’élève » serait une petite révolution.

Un objectif à long terme

Thibault Lebocq précise que « deux enfants dyslexiques n’ont pas les mêmes besoins » ce qui l’a poussé à mettre en place « un système de profil, au cas par cas ». L’objectif de ce jeune entrepreneur est de « contribuer à l’épanouissement scolaire » de tous ces élèves en difficulté.

A ce jour, 3 000 personnes utilisent l’application. Une version payante à 10 euros par mois devrait prochainement voir le jour.

 

article précédent retour à la liste article suivant