Traitement VIH
le 06/03/2019

Sida : une étape importante franchie dans la recherche d’un traitement efficace !

Depuis le début des années 80, le VIH à fait de nombreuses victimes en France et dans le monde entier. Pendant près de 30 ans, de nombreux scientifiques ont tenté de trouver un remède à cette maladie sans réel succès.

Même s’il convient de garder toutes les précautions nécessaires, l’espoir renaît depuis une dizaine d’années avec un premier puis un deuxième cas de patient en rémission durable suite à un nouveau traitement.

 

Un premier patient guéri du virus du sida en 2007 !

Timothy Brown un américain âgé de 41 ans à l’époque et surnommé « le patient de Berlin » était jusqu’à aujourd’hui la seule personne au monde considérée comme guérie du sida depuis 2007 !

M. Brown avait été diagnostiqué séropositif en 1995, à l’âge de 29 ans. Plusieurs années plus tard (en 2006), les médecins lui annoncent qu’il souffre également d’une leucémie. C’est à ce moment là que Timothy Brown va rencontrer le docteur Hütter qui sera à l’origine de son traitement salvateur consistant en deux greffes de moelle osseuse. Les cellules greffées n’ont pas été choisies au hasard et provenaient d’un patient sujet à une mutation d’un gène en particulier.

Un traitement similaire utilisé pour le « patient de Londres »

Ce deuxième patient qui est pour l’instant considéré en rémission du sida a souhaité garder l’anonymat et a donc été surnommé « le patient de Londres » en référence au lieu où il a été soigné.

Ce dernier a été diagnostiqué séropositif en 2003 et a suivi un traitement « classique » durant 9 ans. En 2012, les médecins lui annoncent qu’il est également touché par un cancer de Hodgkin qui est une forme de cancer du système lymphatique.

Après de nombreux traitements infructueux, le « patient de Londres » est lui aussi soumis à une greffe de moelle osseuse en 2016. Comme pour Timothy Brown, le donneur choisi pour cette greffe est sujet à une mutation d’un gène nommé CCR5. Celui-ci permet normalement au VIH d’entrer dans les cellules des personnes malades. Ce gène est en quelque sorte une clé qui permet au virus du sida de déverrouiller la serrure des cellules et des les infecter.

Seul 1% de la population mondiale possède la particularité d’avoir une mutation sur ce gène CCR5 qui rend inopérant le récepteur du VIH et immunise donc ces personnes contre le sida. Après cette greffe de cellules souches, le patient a tout de même continué à suivre son traitement antirétroviral pendant un peu plus d’un an et a ensuite tout arrêté.

Aujourd’hui, près de 3 ans plus tard, les cellules résistantes au VIH ont remplacé les anciennes cellules vulnérables et le « patient de Londres » est en plus guéri de son cancer de Hodgkin !

Même si cette personne ne peut pas encore être considérée comme « complètement guérie » du sida pour le moment, ces résultats sont une très grande réussite pour l’ensemble du corps médical. Le chemin est encore très long avant d’aboutir à un traitement de masse et une éradication de la maladie mais cela reste malgré tout une excellente nouvelle pour tous les malades !

Consultez nos autres articles santé

article précédent retour à la liste article suivant