;
Épidémie rougeole
le 08/03/2019

La rougeole fait un retour fracassant en France et dans le monde !

Dans les années 1800, plusieurs épidémies de rougeole ont eu lieu en Europe. En 1963, le premier vaccin a été découvert aux Etats-Unis. Depuis 1983, la France a ajouté ce vaccin à son calendrier vaccinal et l’a rendu obligatoire pour tous les enfants nés à partir du 1er janvier 2018. Avant cette date, le vaccin contre la rougeole n’était que recommandé.

 

 

Cette décision n’est pas anodine puisque depuis environ un an, la France et d’autres pays dans le monde observent une recrudescence des cas de rougeole. Cette maladie qui était maîtrisée depuis de nombreuses années fait son retour suite à un suivi moins rigoureux des vaccinations par de nombreuses personnes.

La France pointée du doigt par l’UNICEF

Les autorités sanitaires en France recommandent fortement la vaccination depuis plusieurs années et celui-ci est même obligatoire depuis 2018. Pourtant, notre pays fait partie des mauvais élèves en terme de vaccination avec un taux de couverture de seulement 79% pour la rougeole. De nombreux autres pays se situent aux alentours des 95%.

Sur l’année 2018, la France est classée comme le 10ème pays le plus touché par le virus de la rougeole ! Différents foyers de contamination ont été détectés : à Val Thorens (50 personnes), dans le Var (13 cas), à la Réunion (33 cas)… La région Auvergne-Rhône-Alpes étant la plus touchée !

Depuis le 1er janvier, 288 cas ont été déclarés en France. Cela est nettement moins que l’an dernier à la même époque où 745 cas étaient recensés mais reste tout de même au dessus des seuils des années précédentes.

La vaccination, seule solution pour éviter l’épidémie

Ces dernières années, un certain scepticisme autour de la vaccination en général a malheureusement fait son retour en France. L’OMS rappelle que celle-ci est le seul moyen de lutter efficacement contre la propagation de maladies comme la rougeole mais aussi les oreillons, la rubéole…

La baisse des vaccinations contre la rougeole a été amorcée en 1998 suite à une étude mensongère qui établissait un lien entre ce vaccin et des enfants souffrants d’autisme. Bien que les conclusions de cette enquête aient été réfutées depuis, cela a mis un net coup d’arrêt à la vaccination mondiale.

Nous vous rappelons que ce vaccin est administré en deux injections seulement. La première doit être faite à 12 mois et la seconde entre 16 et 18 mois, en respectant un délai d’un mois entre les 2 injections. De plus, il est remboursé à 100 % pour les enfants et les jeunes jusqu’à 17 ans révolus !

Consultez d’autres actualités santé proposées par Miltis

article précédent retour à la liste article suivant