Retarder ménopause 20 ans
le 27/08/2019

Ménopause : une opération pour la retarder de 20 ans vient d’être trouvée !

Une avancée médicale révolutionnaire vient d’être mise au point : une équipe de spécialistes de la fécondation a imaginé une opération permettant de reculer la ménopause de vingt ans. Mais comme toutes opérations, elle comporte des bénéfices et des contraintes à connaître.

Miltis vous détaille tout ce que vous devez savoir sur cette opération qui devrait changer de nombreuses vies.

 

Une technique révolutionnaire pour retarder la ménopause

C’est en Grande-Bretagne qu’une équipe de spécialistes de la fécondation in vitro (FIV) dirigée par Simon Fishel a mise en place une opération médicale permettant de repousser la ménopause de 20 ans. Cette période de vie concerne toutes les femmes de plus de 50 ans. Elle est connue pour ses symptômes parfois difficiles à gérer comme la prise de poids, la baisse de libido, des troubles du sommeil accompagnés de sueurs nocturnes ou encore des bouffées de chaleur ainsi que, pour des rares cas, une baisse de moral menant tout droit à la dépression. De plus, la ménopause peut même aller plus loin en provoquant des problèmes cardiaques et de l’ostéoporose (maladie affaiblissant les os). Au lieu de trouver une solution qui permettrait de mieux vivre avec ces symptômes, les spécialistes se sont penchés sur un retardement complet de la ménopause (et ainsi de ses symptômes) basé sur la cryoconservation ovarienne.

Cette technique, déjà utilisée pour les femmes souffrantes de cancer qui sont au début de leur traitement, consiste à extraire un bout de tissu ovarien puis le congeler et le préserver jusqu’à ce que la patiente atteigne la ménopause. Lorsque les premiers symptômes de cette dernière commencent à se faire ressentir, la partie prélevée sera décongelée puis greffée dans son bras. Ce tissu ovarien, si la greffe marche, fonctionnera comme avant et permettra une nouvelle sécrétion d’hormones sexuelles (œstrogènes et progestérone), ce qui stoppera la ménopause.

Des bénéfices et des contraintes à prendre en compte

Avec l’allongement de l’espérance de vie, la période de ménopause d’une femme se trouve également allongée. Cette opération serait alors un grand chamboulement et permettrait à toutes les femmes de retrouver leur fertilité lorsqu’elles souhaitent avoir des enfants et retarder au mieux leur ménopause. De plus, des économies pourront être observées dans les dépenses du traitement de la ménopause grâce à cette opération qui n’implique pas de médicaments stimulant les ovaires (contrairement à la FIV) et qui pourrait augmenter la production d’ovules.

Cependant, cette opération a tout de même des contraintes : premièrement, elle ne serait accessible qu’aux femmes âgées de 20 à 40 ans. Mais ce n’est pas tout, un morceau de tissu ovarien prélevé à 25 ans n’aurait pas la même durée d’effet qu’un morceau prélevé à 40 ans. En effet, tandis que le premier permettrait un recul de 20 ans de la ménopause, le second ne la repousserait « que » de 5 ans. Il faudrait donc s’y prendre assez tôt pour espérer voir la ménopause s’éloigner le plus loin possible.

Enfin, son coût étant assez élevé – entre 7 600 et 12 000 euros – cette opération devra donc être bien réfléchie en amont. En attendant qu’elle soit disponible à toutes (ce qui n’est pas chose aisée en France où il faut une raison médicale bien précise pour congeler ses ovocytes), neuf femmes se sont prêtées volontaires en Grande-Bretagne afin de subir l’opération. Un suivi permettra sûrement de vérifier la sûreté et le fonctionnement de cette technique révolutionnaire qui devrait rendre la vie des femmes plus facile.

Il faudra bien sûr attendre avant que cette opération soit accessible à toutes, notamment en France. C’est un espoir pour toutes les femmes souhaitant contrôler leur fertilité et ne plus être contraintes par la ménopause et ses symptômes indésirables.

Retrouvez d’autres actualités proposées par Miltis

article précédent retour à la liste article suivant