Nouvelles technologies santé où en sommes nous ?
le 02/05/2019

Nouvelles technologies dans la santé : où en sommes-nous ?

C’est le cas depuis quelques années, la santé se digitalise et l’utilisation de robots en médecine devient de plus en plus fréquente. Il y a une semaine, la Ministre des Solidarités et de la Santé a d’ailleurs présenté sa feuille de route du numérique dans le cadre du plan « Ma santé 2022 » comprenant les cinq orientations permettant d’accélérer le virage numérique en santé.

Si les Français sont favorables à cette digitalisation, l’inquiétude envers la protection de leurs données et de la réelle efficacité des nouvelles technologies utilisées est toujours d’actualité. Miltis vous fait un état des lieux.

La robotisation des équipements médicaux en France

L’utilisation de robots en médecine n’est pas nouvelle. En effet, cela fait maintenant 20 ans que le groupe américain Intuitive Surgical, pionnier en la matière, en installe partout dans le monde : sur 4 800 machines installées, 144 se trouvent en France. On compte près de 6 millions d’actes chirurgicaux via ces robots dont 1 million l’an dernier. L’engouement des chirurgiens pour ces appareils s’explique grâce à une fiabilisation de l’acte chirurgical et une précision accrue de l’opération. Cela permettra peut-être au marché mondial de ces robots médicaux de croître rapidement jusqu’à 6,5 milliards de dollars en 2023 contre 3,9 milliards l’année passée d’après marketsandmarkets.com.

Il existe toute sorte de robots qui interviennent dans différents domaines. Certains permettent au praticien de réaliser l’opération à distance comme le « Corindus » utilisé dans le service cardiologie. Les chirurgiens se trouvent toujours dans la salle d’opération mais à l’écart, face à des écrans qui diffusent l’image filmée par le robot. Guidant ce dernier via des manettes, leurs gestes sont retranscrits à l’identique, leur permettant d’être toujours acteurs de l’opération. Ainsi, la machine ne remplace pas l’homme mais le complète pour rendre la tâche plus facile. Les gestes plus amples du robot permettent au médecin de ne plus subir la fatigue de ce genre d’opération pouvant être assez longue. Les robots chirurgicaux peuvent aussi intervenir dans plusieurs services comme la gynécologie ou l’urologie permettant d’accéder à des zones difficiles à atteindre jusqu’à maintenant.

Malgré tous ces avantages (précision, stabilité, fiabilité…), des doutes sur leur efficacité persistent par manque d’études car, même si le chirurgien se retrouve avantagé, rien ne prouve encore que l’opération soit plus efficace avec que sans.

L’implication de l’intelligence artificielle dans l’e-santé

En plus de la télémédecine et de la digitalisation des dossiers des patients, une autre forme continue d’être impliquée dans l’évolution de l’e-santé : l’intelligence artificielle (ou IA). Elle pourra bientôt permettre à des médecins de s’entraîner avant une intervention sur un clone numérique du patient via la réalité virtuelle par exemple. Ces derniers pourront donc répéter plusieurs fois les gestes qu’ils iront effectuer sur leur patient par la suite et appréhender la difficulté de la tâche. L’IA peut aussi être disponible via des applications mobiles permettant au patient de suivre son traitement par exemple. D’autres applications permettent déjà aux malvoyants d’être plus autonomes comme Blind SMS Reader qui transforme les messages en braille ou Soundscape utilisant le son en 3D afin de les aider à s’orienter dans la rue.

Cependant, des inconvénients peuvent freiner l’efficacité de ces moyens. De nombreux diabétiques en ont fait l’expérience le weekend dernier. Afin d’éviter de se piquer le doigt tous les jours pour prélever une goutte de sang et vérifier leur taux de sucre, ces derniers traités sous insuline ont accès à un système relié à un capteur fixé sur le bras. Un appareil mis à leur disposition ainsi qu’une application disponible sur leur smartphone appelée LibreLink permet de relever leur taux de glycémie et de partager ces données avec un médecin. Seulement voilà, un message d’erreur est apparu sur l’application rendant impossible la vérification de leur glycémie pendant trois jours. Cette panne, justifiée par une erreur de maintenance, est extrêmement dangereuse étant donné l’importance vitale de l’application pour ses utilisateurs.

En dépit des nombreux avantages qu’apportent ces solutions technologiques sur la santé, quelques inconvénients viennent donc accentuer l’inquiétude du grand public et de certains professionnels de santé. Avec l’avancée technologique qui progresse chaque année, espérons que les acteurs de ces solutions pourront mettre un terme à toutes ces appréhensions.

Actualités du secteur de la santé

article précédent retour à la liste article suivant