le 25/05/2018

La Protest Lyme : une journée contre la maladie de Lyme

Avec les beaux jours qui s’installent, les tiques font leur retour. Il est important de connaitre les conséquences en cas de morsure.

Depuis 10 ans, l’Association France Lyme organise une journée pour sensibiliser sur les risques lors de piqûre de tiques, et notamment la maladie de Lyme.

 

 

Cette année, l’Association France Lyme organise « la Protest Lyme », le samedi 26 mai 2018 en partenariat avec l’école ESDES et des aides-soignants de la région Rhône Alpes.

L’objectif étant de sensibiliser le grand public sur les maladies et infections causées par les tiques. Durant cette journée, des échanges pour faire connaitre ces maladies qui touchent de nombreuses personnes en France et souvent mal diagnostiquées.

Qu’est-ce que la maladie de Lyme

Elle est transmise à l’homme via une piqûre, morsure d’une tique infectée, porteuse de la bactérie « Borrelia burgdorferi ». Entre 10 et 20 % des tiques seraient porteuses de cette bactérie causant la maladie.

La maladie se développe depuis plusieurs années compte tenu des conditions climatiques favorables qui augmentent la multiplication des tiques.

Dans les zones boisées et les prairies, les tiques sont très présentes et depuis quelques années, dans les parcs publics urbains.

En France, les contaminations ont lieu entre mars et septembre. Les symptômes évoluent en trois phases de plus en plus grave et ceci pendant plusieurs années. Le traitement doit être pris en charge rapidement pour limiter les complications.

Les principaux symptômes sont cutanés, articulaires et neurologiques.

Quelles sont les 3 phases de la maladie ?

1ère phase : dans les semaines qui suivent l’infection

Un érythème migrant qui est facilement reconnaissable puisqu’il s’agit d’un rond rouge et blanc qui se développe autour de la morsure.

  • des maux de tête;
  • de la fatigue ;
  • un peu de fièvre ;
  • des douleurs musculaires et articulaires.

2ème phase : dans les semaines ou mois

  • des taches rouges ;
  • des douleurs articulaires voire paralysie partielle des membres
  • des troubles cardiaques (exemples : palpitations, syncope) ;
  • divers troubles neurologiques (exemple : paralysie faciale, méningite).

3ème phase : des mois ou années après l’infection

  • d’importantes douleurs articulaires (arthrite chronique) ;
  • des troubles neurologiques plus intenses révélateurs d’une méningo-encéphalite chronique (exemples : maux de tête, paralysie) ;
  • des troubles cardiaques.

Que faut-il faire en cas d’une morsure ?

Après chaque sortie en forêt ou campagne, il faut vérifier qu’il n’y a pas une tique. Elle peut rester sur le corps durant 1h30 avant de mordre car elle cherche l’endroit idéal.

En cas de morsure, il faut utiliser un tire-tique pour éviter de couper la tête dans la peau ce qui entrainerait des infections.

Il est recommandé de consulter le médecin pour prescrire un traitement antibiotique en cas d’infection.

En France, 54 000 malades sont officiellement recensés mais selon l’Association Lyme, ce chiffre serait supérieur. A ce jour, aucun vaccin n’existe contre la maladie.

On comptabilise 1 000 médecins généralistes en France faisant partie du réseau Lyme pour mieux diagnostiquer la maladie. Il ne faut pas hésiter à contacter les différentes associations pour être orientés sur les spécialistes et hôpitaux. Sur Lyon, l’hôpital de la Croix-Rousse propose des consultations spécifiques.

article précédent retour à la liste article suivant