braille
le 04/01/2017

Journée mondiale du braille : écrire et lire du bout des doigts

La journée mondiale du braille a lieu le 04 janvier de chaque année, date de naissance de l’inventeur de ce langage pour les nonvoyants. Focus sur ce système ingénieux de lecture et d’écriture en relief.

 

 

 

 

Pourquoi appelons-nous ce langage le « braille » ?

Comme de nombreuses inventions, le nom de ce langage provient de son inventeur, Louis Braille. Né en 1809 en France, Monsieur Braille perd la vue à l’âge de 3 ans, après un accident survenu dans l’atelier de cuir de son père. Malgré son handicap, il va à l’école puis intègre l’Institution Royale des Jeunes Aveugles, créé par Valentin Haüy.

C’est en 1827 que l’élève surdoué invente un système permettant de représenter l’alphabet usuel et non les sons. La parution de Grammaire des grammaires en braille marque le début de son succès.

Comment lire en braille ?

La création de Louis Braille a pour objectif d’offrir aux malvoyants une solution pour lire et comprendre. Il publie alors deux manuels dans lesquels il explique sa méthode de lecture avec les doigts.

Il existe plusieurs alphabets en braille, notamment pour les lettres, les chiffres et la ponctuation. Comme pour les voyants qui maîtrisent la sténographie(1). Les malvoyants utilisent également une version abrégée du braille. Ils peuvent ainsi lire et écrire plus rapidement.

Le braille consiste à lire à l’aide de ses doigts. Chaque lettre de l’alphabet est représentée par un nombre précis de points en relief permettant de les distinguer au toucher.

alphabet braille

L’apprentissage d’une seconde langue demande du temps et des efforts, c’est également le cas pour l’apprentissage du braille. Les membres de l’Association Valentin Haüy estiment qu’il faut deux ans pour « lire et écrire correctement la version abrégée du braille ».

Ce langage n’est pas réservé exclusivement aux nonvoyants. Il peut être appris par tout le monde, notamment par les écrivains qui souhaitent rendre leurs créations accessibles à tous. Grâce à des outils comme une tablette métallique et un poinçon, une machine à écrire ou encore un ordinateur, il est devenu plus simple de rédiger, transcrire et reproduire des textes en braille.

⠃⠕⠝⠝⠑ ⠁⠝⠝⠿⠑ ⠣⠼⠡⠻
Bonne année 2017

Le braille à l’ère du numérique

L’évolution des supports de lecture et d’écriture ont permis au braille de procéder à une transition numérique importante, dont l’objectif est de rendre encore plus accessible la lecture de ce langage pour les aveugles.

La société française Inside Vision a mis au point une tablette tactile pour voyants ET nonvoyants. L’accès aux icônes est simplifié et chaque action est accompagnée d’un message vocal. Il faudra cependant débourser 6646,50 € pour se la procurer.

Le problème principal encore existant à ce jour est le manque de contenus disponibles sur internet pour les aveugles. Malgré les nombreuses initiatives des associations, des efforts doivent encore être faits pour permettre aux nonvoyants de profiter pleinement des outils numériques.

Malvoyant, nonvoyant, aveugle : quelles différences ?

Près de 1,7 million de personnes sont atteintes d’un trouble de la vision en France.

On appelle « malvoyant » un individu qui souffre d’une incapacité visuelle sévère. Il ne peut distinguer une forme à plus de 4 mètres et la vision de près est impossible.

On appelle « aveugle » ou « nonvoyant » une personne dont le champ de vision est réduit à 10° pour chaque œil et l’acuité visuelle du meilleur œil est inférieure à 1/20. En France, on estime à 207 000 aveugles.

Le saviez-vous : le fait de ne plus voir s’appelle la « cécité ». Cela vient du latin « caecitas » qui signifie « perte de vue ».

(1) Ecriture abrégée qui sert à transcrire la parole aussi rapidement qu’elle est prononcée (Wikipedia)

Voir aussi

LA DMLA : Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age

article précédent retour à la liste article suivant