Hypnotiser pour opérer un patient : le CHU de Lyon l’a fait !
le 23/03/2015

Hypnotiser pour opérer un patient : le CHU de Lyon l’a fait !

L’hypnose est une technique de plus en plus répandue au sein des hôpitaux. Les professionnels de la santé (médecins, chirurgiens, anesthésistes…) sont nombreux à suivre une formation à cette pratique. Le CHU de Lyon a franchi une nouvelle étape en opérant une vingtaine de cancers de la prostate par curiethérapie sous hypnose.

 

 

Opérer sous hypnose : les sensations

L’hypnose est en train de devenir un moyen révolutionnaire dans le domaine de la santé. Le but de l’hypnose est de remplacer l’anesthésie générale par une méthode qui permet au patient de « s’évader dans son monde intérieur » tout en restant tout à fait conscient lors de l’intervention, comme l’explique Edwige Rigal, médecin anesthésiste au CHU de Lyon, formée à l’hypnose. Les risques et effets secondaires liés à l’anesthésie générale sont alors évités et le patient « peut reprendre ses activités dans les jours qui suivent » son opération.

L’anesthésiste n’a aucun contact physique avec le patient, seul l’échange de paroles permet de focaliser l’attention du patient sur autre chose que l’opération qu’il s’apprête à subir. Avant d’être soumis à l’hypnose, le patient choisit le sujet dont il souhaite parler avec le médecin : sport, souvenirs, famille… Tout est mis en place pour que le patient se sente à l’aise et en confiance.

Une fois que le patient est hypnotisé, les médecins présents dans le bloc opératoire n’échangent plus qu’à l’aide d’une ardoise ; aucun mot ne doit sortir de leurs bouches afin de ne pas perturber l’état hypnotique du patient.

Un réveil plus facile et des économies matérielles et personnelles

Même si l’hypnose a l’inconvénient de nécessiter la présence de l’anesthésiste tout au long de l’opération, cette pratique permet une économie matérielle et personnelle considérable. En effet, les produits anesthésiants ne sont plus utilisés et le personnel de surveillance, en charge de la salle de réveil, n’ont pas à s’occuper de ces patients.

Le témoignage d’un patient hypnotisé lors d’une opération

Pierre Charvet, un patient qui a testé l’hypnose médicale, raconte qu’il avait « l’impression d’être parfaitement conscient ». Finalement, il a « simplement eu l’impression qu’on [lui] faisait une prise de sang. » Entré à 9 heures du matin à l’hôpital, il a pu rentrer chez lui à 16h30 sans le moindre problème et en total état de conscience.

Au total, une vingtaine de cancers de la prostate ont été traités sous hypnose au CHU de Lyon. Progressivement, l’hypnose fait ses preuves auprès du corps médical. Il ne reste plus qu’à convaincre les patients réticents à se laisser aller à cette pratique.

article précédent retour à la liste article suivant