grève des médecins hospitaliers
le 26/09/2016

Grève des médecins hospitaliers : faut-il s’inquiéter ?

Ce lundi 26 septembre, les médecins hospitaliers sont invités à faire grève partout en France. Quelles sont les raisons ? Faut-il s’inquiéter pour notre santé ?

Dénoncer la dégradation des conditions de travail

En raison de la pénurie de praticiens, deux intersyndicales appellent les médecins à faire grève. Ils dénoncent la mauvaise appréciation de leur temps de travail et réclament une revalorisation des carrières à l’hôpital.




D’après le président d’Avenir hospitalier, Max-André Doppian, « environ 80% des anesthésistes-réanimateurs » participeront au mouvement. Il ajoute que « 30 à 40% des praticiens d’autres spécialités » seront également en grève.

En France, près de 30 % des postes de praticiens hospitaliers sont vacants. Un manque de recrutement qui pousse le corps médical à s’adapter à un rythme de travail très intense, sans récompense particulière.

Que réclament les médecins ?

Les syndicats dénoncent, à l’unanimité, un « flou réglementaire » autour des obligations de service des médecins hospitaliers. Les heures de travail, notamment en cas de garde, doivent être davantage prises en compte. Ils réclament des mesures permettant de gérer leur temps de travail en respectant les 48 heures hebdomadaires légales et non les 60 heures qu’ils assurent aujourd’hui.

Cette grève est aussi l’occasion pour les syndicats représentant du personnel hospitalier de demander « une revalorisation substantielle de l’indemnité d’engagement de service public exclusif » ainsi que l’augmentation des salaires en début et fin de carrière.

Qu’en est-il des soins et opérations ?

Malgré la forte mobilisation attendue dans tous les hôpitaux publics de France, les soins des patients seront assurés. Seules les opérations urgentes seront réalisées tandis que les interventions dont la vie du patient n’est pas en danger pourront être reportées.

Il n’y a donc pas d’inquiétude particulière à avoir mais soyons honnête, ce n’est pas le jour pour tomber malade ou se blesser… Soyez prudents !

Voir le communiqué de presse d’Avenir Hospitalier

article précédent retour à la liste article suivant