fin de vie
le 23/02/2017

Fin de vie : une nouvelle campagne d’information pour connaître nos droits

La fin de vie est tabou pour beaucoup de personnes. La mort est un sujet difficile à aborder parce qu’elle nous rappelle que nous ne sommes pas éternels sur Terre. Mais ce n’est pas une raison pour exprimer son souhait de mourir dans la dignité. Marisol Touraine, Ministre de la Santé, lance une nouvelle campagne d’information pour sensibiliser le grand public à cette question.

Une campagne sur tous les canaux et pour tous

Réseaux sociaux, presse écrite, télévision : tous les médias sont utilisés pour sensibiliser le grand public aux modalités de la loi Claeys-Leonetti. C’est cette loi qui, en février 2016, a autorisé la sédation profonde et continue.

Un site internet dédié à la fin de vie a également été mis en ligne il y a quelques jours. Toutes les informations concernant les droits, les soins palliatifs, les directives anticipées ou encore les organismes pour trouver de l’aide sont disponibles gratuitement.

Qu’est-ce que la sédation profonde et continue ?

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, il ne s’agit pas d’un synonyme d’euthanasie ni de suicide assisté. La sédation profonde et continue consiste à endormir un patient pour ne plus qu’il souffre jusqu’au moment venu de son décès. Ainsi, la mort n’est pas provoquée ni accélérée mais le patient ne ressent plus les effets indésirables d’une maladie ou d’une blessure.

L’acharnement thérapeutique a également été revu dans le cadre de la loi Claeys-Leonetti ; l’obstination médicale déraisonnable n’est plus autorisée dans certains cas irréversibles.

L’importance des directives anticipées

Savez-vous ce que vos parents, vos enfants, vos amis ont décidé pour leur propre mort en cas d’accident ou de maladie ? C’est certain, le sujet ne fait pas l’objet d’un intérêt lors de vos repas familiaux et pourtant, c’est très important de connaître les dernières volontés de son entourage.

Pour faire connaître vos souhaits, la Haute Autorité de Santé (HAS) a mis à disposition du grand public guide expliquant la rédaction des directives anticipées. Ainsi, vous n’aurez pas à aborder le sujet directement mais vous pourrez simplement informer votre entourage de l’existence de ce document et leur en remettre un exemplaire. Le formulaire prêt à remplir est disponible sur le site du Ministère de la Santé mais vous pouvez tout à fait les rédiger manuellement.

Choisir une personne de confiance comme référent

La loi modifiée en février 2016 prévoit également la désignation d’une personne de confiance. C’est elle qui accompagne le patient lors de ses rendez-vous médicaux et qui sera consultée en priorité par les médecins si besoin. La Haute Autorité de Santé met à disposition un formulaire prêt à remplir pour déclarer la personne de confiance. Tout comme la déclaration des directives anticipées, celle de la personne de confiance n’est pas définitive. Vous pouvez tout à fait changer d’avis. Dans ce cas, il faudra penser à en informer toutes les personnes que vous avez informé de vos précédents choix.

article précédent retour à la liste article suivant