Épidémie varicelle France
le 20/06/2019

Gare aux boutons, une épidémie de varicelle envahit la France !

Voilà maintenant plusieurs semaines qu’une épidémie de varicelle a envahi la France métropolitaine touchant à présent douze régions. Si cette maladie peut ne pas paraître réellement grave, il faut tout de même observer les symptômes et connaître les complications qu’elle peut engendrer.

C’est dans ce contexte que votre mutuelle Miltis vous en dit plus sur la varicelle.

 

Une épidémie qui touche une grande partie de la France

C’est le réseau de veille sanitaire Sentinelles qui en a fait le bilan, ce sont à présent douze régions touchées par l’épidémie dont cinq ayant une activité forte : les Pays de la Loire, l’Ile-de-France, le Grand-Est, les Hauts-de-France et l’Occitanie. La varicelle toucherait donc en ce moment même en moyenne 34 personnes tous les 100 000 habitants. Un nombre de cas qui peut paraître faible, mais qui augmente rapidement due à une très forte contagion.

Si cette maladie peut être attrapée à n’importe quel moment, il existe deux périodes de l’année où elle se répand rapidement : en mars-avril et en juin-juillet. Il n’est donc pas surprenant qu’une épidémie survienne en ce moment, surtout quand on sait que ce sont plus de 650 000 personnes en moyenne qui la contracteraient tous les ans dont 3 000 hospitalisations et « seulement » 20 décès (survenant pour les trois-quarts des cas, en âge adulte). Les plus touchés sont les enfants en bas-âges et les nourrissons : 90% des malades atteints de varicelle ont moins de dix ans. Ainsi, même si les adultes sont les moins touchés, ils sont les plus atteints par des complications.

Des symptômes et des traitements bien définis

Il faut tout d’abord savoir que la varicelle commence à se transmettre par un malade plus d’une journée avant que les boutons n’apparaissent. Impossible donc de réellement savoir si vos proches ou d’autres personnes que vous croisez sont malades – et donc contagieux – ou non. La première chose à faire est de s’éloigner de toutes personnes présentant les symptômes de la varicelle. Ces derniers se caractérisent par une fatigue importante, de la fièvre et des lésions cutanées qui provoquent des démangeaisons. Un vaccin est aussi disponible si vous ne l’avez toujours pas attrapé, il est d’ailleurs conseillé pour les adolescents.

Si vous souffrez des symptômes précédemment cités et que vous ne l’avez jamais eu, n’hésitez pas à consulter votre médecin traitant afin d’être diagnostiqué au plus tôt. Cette maladie étant, pour la plus grande partie des cas, bénigne, il faudra seulement attendre une bonne dizaine de jours pour guérir. Attention cependant, la fièvre ne peut être atténuée qu’avec du paracétamol et non de l’aspirine qui peut causer de graves complications ! Des antiseptiques et antihistaminiques peuvent aussi être utilisés pour prévenir des surinfections dues aux lésions cutanées. Pour certains adultes dont les symptômes sont plus importants, un antiviral pourra être prescrit si besoin. Ce dernier pourra vous aider à guérir plus rapidement.

Des complications dangereuses à surveiller

Si cette maladie est majoritairement sans risque, elle peut avoir de lourdes complications qui mènent, heureusement très rarement, jusqu’à la mort. Ces dernières interviennent surtout chez les personnes dites à risques comme les femmes enceintes par exemple. Une varicelle fœtale peut donc intervenir sur le bébé avant 6 mois de grossesse et causer des problèmes cutanées ou encore des problèmes de développement.

Enfin, certaines surinfections peuvent s’aggraver. Il est possible de les déceler par des lésions cutanées extrêmement douloureuses et/ou gonflées ou lorsque la fièvre s’intensifie et dure plus longtemps que prévu. Il s’agit ici d’une surinfection bactérienne, causée par des bactéries streptocoque ou staphylocoque, qui survient plutôt chez les enfants.

Les adultes touchés par la varicelle ont plus de risques d’avoir des complications qui peuvent être, en plus de celles citées au-dessus, respiratoires (pneumopathie varicelleuse) et/ou neurologiques. Dans la plupart de ces cas, une hospitalisation est obligatoire pour guérir au mieux de cette maladie.

Cette épidémie de varicelle permet donc de sensibiliser le plus grand nombre aux symptômes plus graves qui peuvent intervenir. Cette maladie étant immunisante, un individu ne l’attrape qu’une seule fois dans sa vie pour la grande majorité des cas. Ce n’est donc qu’une mauvaise étape à passer avant d’en être totalement guérie.

Plus d’informations santé

article précédent retour à la liste article suivant