Maladie Coeliaque
le 13/08/2019

Maladie cœliaque : un diagnostic plus simple probablement découvert !

Encore très peu diagnostiquée aujourd’hui, l’intolérance au gluten (ou maladie cœliaque) concernerait un Français sur quatre. Le dépistage actuel étant long et contraignant, des chercheurs sont en train de mettre au point une nouvelle méthode plus rapide et moins désagréable afin qu’un plus grand nombre puisse se faire diagnostiquer.

Votre mutuelle Miltis vous en dit un peu plus sur cette maladie et son éventuel prochain moyen de dépistage.

 

Qu’est-ce que la maladie cœliaque ?

La maladie cœliaque (plus connue sous le nom d’intolérance au gluten) est une pathologie auto-immune des intestins causée par l’ingestion de gluten. N’ayant pas de risque mortel immédiat, elle peut tout de même mener jusqu’à la décomposition de la paroi de l’intestin grêle.

Lorsqu’un intolérant au gluten en mange, son système immunitaire – qui voit cette substance comme un danger pour le corps – va produire des facteurs d’inflammation qui vont attaquer la paroi intestinale et, ainsi, causer une atrophie des villosités intestinales. Si malgré la douleur émise par ces anticorps, du gluten continue d’être ingéré sur le long terme, la digestion se verra alors bouleversée et l’absorption des vitamines, nutriments et minéraux (essentiels à notre santé) affaiblie.

En plus de passer inaperçue au début des premiers symptômes (diarrhées, ballonnements, fatigue, douleur osseuse…), la maladie cœliaque s’accroît progressivement sans jamais réellement s’estomper. Il n’y a donc aucun traitement aujourd’hui, le seul conseil étant de supprimer toute trace de gluten de son alimentation.

Une maladie souvent confondue avec d’autres pathologies

Cette maladie est très mal diagnostiquée de par ses symptômes nombreux et variés.  Mais ce n’est pas tout, elle ressemble beaucoup à deux autres pathologies avec lesquelles il ne faut pas la confondre :

  • Allergie alimentaire au gluten : tout comme la maladie cœliaque, elle se manifeste par une réaction anormale du système immunitaire lors de l’ingestion du gluten reconnu comme un danger. Cependant, ses nombreux symptômes apparaissent plus rapidement (2 minutes à 2 heures après l’ingestion). Ces derniers se caractérisent par une difficulté respiratoire, des problèmes digestifs ou encore cutanée. Encore une fois, aucun traitement n’existe, il faut tout simplement éviter d’en manger.
  • Hypersensibilité au gluten : ressemblant au syndrome de l’intestin irritable, cette pathologie n’est pas due au système immunitaire. Elle provoque des douleurs abdominales, des problèmes de digestion ainsi qu’un inconfort permanent. Encore plus compliquée à dépister, elle ne détériore pas l’intestin mais peut vite devenir insupportable. Toujours pas de traitement de ce côté non plus, un régime sans gluten est donc une nouvelle fois fortement conseillé.

Une découverte qui permettra peut-être de faciliter le diagnostic

Le diagnostic actuel de l’intolérance au gluten se fait en deux parties. La première constitue en une prise de sang qui permet de rechercher des anticorps spécifiques à la maladie. Si ces derniers sont présents dans le sang, alors le patient passe à la seconde partie : une biopsie endoscopique (prélèvement invasif d’un échantillon de l’intestin grêle).

Afin de mener à bien cette dernière, le patient doit avoir mangé du gluten quotidiennement pendant plusieurs semaines (et ce, malgré les douleurs). Si une atrophie est détectée sur l’échantillon, alors le patient est atteint de cette maladie. Ce dépistage étant assez long et contraignant, certaines personnes souffrant de plusieurs symptômes préfèrent arrêter d’inclure le gluten dans leur alimentation sans avoir l’avis d’un médecin.

Une étude, menée par des chercheurs du Walter and Eliza Hall Institute of Medical Research, montre qu’un diagnostic plus simple peut être réalisé. Ils ont découvert que des marqueurs dans le sang des malades apparaissent après un repas avec gluten. Il suffirait donc d’une prise de sang avant et une autre après avoir mangé un repas contenant la substance pour diagnostiquer la maladie. En gagnant du temps et en n’imposant pas au patient des douleurs durant plusieurs semaines, cette méthode serait donc idéale pour établir un diagnostic.

L’intolérance au gluten n’est donc pas un effet de mode comme on peut souvent l’entendre. Il est néanmoins préférable de bien être diagnostiqué de cette maladie pour commencer un régime sans gluten qui peut avoir d’autres effets sur votre santé.

En savoir plus sur ma santé

article précédent retour à la liste