miltis 4l trophy
le 13/02/2017

De la France au Maroc, Miltis participe au 4L Trophy 2017

Pour la première fois, Miltis sponsorise un équipage du 4L Trophy. A cette occasion, nous avons posé quelques questions à Alisée MAJOREL, l’une des deux Rebel’Lyonnes.

 

 

 

L’équipage que tu formes avec ta coéquipière, Gaëlle Neron, porte le numéro 1 498 et le nom les Rebel’Lyonnes. Pourquoi ce nom ?

Nous sommes toutes les deux originaires de Lyon et avons fait nos études ici. Nous souhaitions donc trouver un jeu de mot pour représenter notre équipage en incluant le nom de notre ville. On a d’abord pensé aux « Millyonnaires » mais ça ne collait pas trop avec l’image du 4L Trophy (rires). Après réflexion, on a choisi les Rebel’Lyonnes parce que ça nous représente toutes les deux.

les rebelyonnes

Vous partez à bord de Saphir, votre 4L bleue. Quelle est l’histoire de cette voiture ?

Notre 4L a 32 ans et a déjà participé à trois éditions du 4L Trophy. Pour les 20 ans du raid, elle fera donc sa quatrième excursion dans le désert marocain ! J’y suis très attachée, parce qu’elle est unique et qu’on n’en trouve plus beaucoup. Je continuerai de rouler avec dans Lyon en rentrant de notre périple.

Tu participes pour la seconde fois au 4L Trophy. Dans quel ordre classerais-tu tes motivations parmi l’aventure, le challenge et l’opération humanitaire ?

Je dirai l’aventure, l’opération humanitaire et le challenge, même si les trois sont complémentaires. Se retrouver dans le désert, à bord d’une 4L aménagée spécialement pour le raid, entourées par des milliers d’autres équipages tout en partageant des moments inoubliables, c’est tout ça qui nous a motivées à renouveler l’expérience. Et puis, apporter des fournitures scolaires et du matériel sportif aux enfants de l’Association « Enfants du désert », c’est une action humanitaire qu’on n’a pas l’occasion de vivre tous les jours et qu’on n’oublie jamais.

Quel était ton classement l’année dernière ?

En ce qui nous concerne, le classement est un peu particulier. Nous avons été classées par rapport à 4 jours de raid parce que nous avons eu la chance d’être désignées Ambassadrice de l’association Enfants du désert. Après un concours que nous avons remporté, nous avons pu passer une journée avec les enfants pour visiter les écoles construites grâce au financement du 4L Trophy. Au final, nous sommes arrivées 650ème (sur 1 132). Ce n’est pas la performance du siècle mais la rencontre avec les enfants ça n’a pas de prix.

Quels souvenirs gardes-tu de ta première expérience ?

Mon moment préféré et qui restera gravé en moi, c’est le coucher de soleil en haut des dunes, en plein milieu du désert. C’était magnifique. Tous les équipages se sont réunis et nous avons fait la « hola » ! Mais j’ai également adoré la nuit dans le désert et la rencontre avec les enfants, je n’oublierai jamais ces moments.

As-tu certaines craintes concernant le déroulement de votre course ?

La seule crainte, et je pense que nous l’avons tous, c’est de tomber en panne. L’année dernière, je m’étais un peu renseignée sur la mécanique mais comme ce n’est pas mon domaine, c’était difficile. Cette année, j’ai essayé d’approfondir certaines choses mais j’espère ne pas avoir besoin de les appliquer. L’objectif est d’arriver à Marrakech avec Saphir en parfait état et de repartir direction la France sans problème.

Qu’attends-tu de plus ou que souhaites-tu revivre par rapport à l’année précédente ?

L’année dernière, lors de la soirée de clôture qui se déroulait à Marrakech, il faisait froid et il pleuvait. Nous n’avons donc pas pu profiter comme il se doit de l’événement que nous attendions tous. J’espère que cette année, il fera beau et bon et que nous pourrons fêter dignement la fin du raid.
J’aurai voulu être de nouveau ambassadrice pour pouvoir passer une journée avec les enfants comme l’année dernière mais comme je l’ai déjà fait, je n’ai pas pu renouveler la demande. Mais s’il y a un désistement, je serai la première à me proposer !

Vous étiez près de 2 500 étudiants l’an dernier. L’ambiance est plutôt bon enfant ou un esprit de compétition se fait ressentir ?

L’ambiance est vraiment bon enfant entre nous ! L’esprit de solidarité resurgit très vite. Quand une voiture est en panne ou ensablée, les voitures aux alentours s’arrêtent pour prêter main forte. On partage tellement de moments inoubliables que l’esprit compétitif on l’oublie totalement. Enfin, certains ont envie d’arriver les premiers mais cela ne concerne que très peu d’équipages.

Cette année, c’est la 20ème édition du 4L Trophy. Vous serez plus de 1 450 équipages à prendre le départ le 16 février à Biarritz. Quel effet cela fait de savoir que vous serez aussi nombreux ?

C’est excitant ! L’an dernier, tous les équipages étaient partis de Biarritz. C’était la folie ! Cette année, ce sera pareil, j’en suis sûre. Et puis, pour les 20 ans du raid, les anciens trophystes pouvaient s’inscrire pour revivre l’expérience. Il y aura donc peut-être des personnes de 38 ans et plus.

Le départ aura donc lieu le 16 février, depuis Biarritz direction l’Espagne. Comment se passe la traversée du pays ?

En Espagne, nous sommes en autonomie complète. On va donc devoir faire des courses pour partir avec la nourriture nécessaire. Pour dormir, nous devons également nous débrouiller. L’année dernière, nous avions prévu de faire du camping sauvage mais il faisait froid et il pleuvait donc nous avons sonné aux portes de tous les hôtels pour y passer nos nuits. La seule contrainte est d’arriver le 18 février à Algeciras pour le grand briefing avant le départ vers le Maroc.

Après l’Espagne, le Maroc. Comment est organisée la traversée ?

Nous prenons des ferrys affrétés par le 4L Trophy. L’année dernière, il devait y en avoir trois mais à cause des intempéries, un des ferrys n’a pas pu venir. Nous avons donc voyagé avec des personnes externes à l’aventure.

Comment faites-vous pour le plein d’essence et de nourriture ? Où dormez-vous tout au long de la course ?

Au Maroc, sur le bivouac, il y a un camion-citerne pour que nous puissions faire le plein de nos voitures. En général, nous parcourons 250 km par jour et devons faire le plein tous les soirs en rentrant. Nous sommes nourris par les organisateurs du 4L Trophy, sur le bivouac. Et pour ce qui est de dormir, nous plantons nos tentes et faisons du camping.

Si tu devais résumer une journée type du raid ?

On se lève, on déjeune, on prend la route, on s’ensable, on prend une petite pause pour manger mais jamais très longtemps parce qu’il faut arriver au bivouac avant la tombée de la nuit qui arrive vite (vers 17h). On reprend la route pour profiter du coucher de soleil et on mange avec les autres équipages avant de profiter de la soirée pour se reposer ou discuter avec les trophystes.

Comment avez-vous trouvé vos sponsors ? Est-ce facile ?

En ayant déjà participé l’année dernière, j’avais déjà quelques sponsors que je pouvais solliciter à nouveau. Mais au départ, la prospection n’a pas été simple. Nous nous sommes déplacées dans les entreprises et auprès des petits commerçants en laissant des dossiers de sponsoring, puis nous avons envoyé des emails. Finalement, la seule chose qui fonctionne vraiment, c’est le réseau. C’est en parlant de notre projet à nos proches, nos amis, aux amis de nos amis, que nous avons réussi à réunir la somme nécessaire pour participer au raid.

Que vous apportent les sponsors ?

Avant de s’inscrire au 4L Trophy, nous devons nous assurer que nous avons le budget nécessaire pour vivre l’aventure. Sans les sponsors, ce serait impossible. Certains d’entre eux nous donnent des fournitures scolaires ou sportives, tandis que d’autres choisissent d’inscrire leur logo sur notre voiture. On propose plusieurs emplacements et chaque sponsor peut choisir en fonction des disponibilités. Le sponsor paye son emplacement et en retour, nous lui assurons de faire notre maximum pour que la voiture soit visible avant, pendant et après le raid.

Peut-on suivre votre aventure sur internet ou à la télé ?

Oui ! Nous sommes accompagnées par les équipes du 4L Trophy qui nous filment, nous prennent en photo et nous interviewent. Vous pouvez suivre la course en direct sur internet, sur le site du 4L Trophy. Et tous les soirs, un JT résumant la journée sera mis en ligne sur le site du raid pour que vous puissiez avoir un aperçu condensé de notre aventure.

En ce qui nous concerne, nous publierons des vidéos en ligne sur notre page Facebook pour que nos proches et sponsors puissent avoir de nos nouvelles.

article précédent retour à la liste article suivant