Soin cancer
le 25/07/2019

40% des cancers évitables : quelles sont nos habitudes à changer ?

L’Institut National du Cancer (INCa) a publié son rapport d’activité annuel mardi dernier dans lequel il annonce que 4 cancers sur 10 peuvent être évités chaque année.

Ce seraient 160 000 nouveaux cas qui pourraient être prévenus. A nous, donc, de changer nos mauvaises habitudes.

 

 

Des chiffres alarmants pour des causes évitables

Les chiffres ne sont pas réellement surprenants, le constat était exactement le même l’année dernière : 40% des cancers auraient pu être évités sur les nouveaux 400 000 cas en 2018. Cette situation stagnante n’est donc pas à prendre à la légère quand on sait que 150 000 malades en sont décédés l’année dernière et que cette maladie grave ainsi que son traitement laissent des séquelles importantes cinq ans après le diagnostic pour 63,5% des souffrants. Pire encore, certains cancers apparaissent de plus en plus mortels depuis trente ans comme le cancer du poumon ou du pancréas pour lesquels survivre cinq ans est plus rare.

Les causes évitables sont pourtant connues de tous :

  • Le tabac : premier facteur avec 31 231 cas de cancer des poumons diagnostiqués chez l’homme et 15 132 chez la femme en 2018, ce serait près de 45 000 personnes qui décéderaient chaque année. En plus des poumons, le tabac peut aussi causer des cancers de la gorge, l’estomac ou encore la vessie.
  • L’alcool : deuxième facteur avec 15 000 morts par an, sa consommation était en baisse pendant plusieurs dizaines d’années avant de stagner dangereusement. Il serait la cause de différents cancers comme celui de l’œsophage, du sein ou encore du côlon.
  • La mauvaise alimentation : celle qui peut entraîner le surpoids (32% de la population française) et l’obésité (17%) est responsable de plus de dix cancers dont la thyroïde, l’endomètre, la vésicule biliaire ou encore les reins.
  • Le manque de dépistage : notamment chez les femmes pour le cancer du col de l’utérus causé uniquement par le papillomavirus humain (HPV). L’INCa déplore que seulement 21.4% des adolescentes de 16 ans étaient vaccinées en 2017. Un dépistage régulier, dont le frottis, permettrait de déterminer 35 000 lésions précancéreuses et 3 000 cancers.

Des mauvaises habitudes à changer rapidement

D’après l’INCa, « des modifications parfois modestes des comportements » peuvent permettre de réduire le nombre de nouveaux cas évitables. Ils recommandent que la prévention et l’information soient plus influentes et plus performantes, demandant même du « marketing social » afin de communiquer d’une façon plus sévère et toucher un large public.

Inutile d’attendre une nouvelle prévention, nous pouvons tous changer nos mauvaises habitudes. Tout d’abord, pour le tiers des Français concernés par le tabagisme, arrêter de fumer est un grand pas pour éviter de contracter un cancer. Un geste difficile que, tout de même, 1,6 millions de fumeurs quotidiens ont réussi à faire entre 2016 et 2018 dont la plupart lors du mois sans tabac. L’augmentation du prix des paquets de cigarettes (qui devraient être de 10€ en 2020) peut être une bonne raison d’arrêter et d’économiser cet argent pour une activité plus saine par exemple.

Limiter sa consommation d’alcool est tout aussi important. Un geste tout aussi difficile que l’arrêt du tabac lorsque l’on voit que près de 90% des hommes et 80% des femmes en boivent toutes les semaines. Sachez notamment que le risque de cancer augmente à chaque verre consommé ! Le mieux serait donc d’en boire deux par jour maximum en cumulant par la suite des jours sans alcools. En restant dans l’alimentation, manger équilibrer est, vous le savez déjà, très important. Les aliments à privilégier sont principalement les fibres, les fruits et les légumes (n’oubliez pas le fameux « 5 fruits et légumes par jour »). Ajoutez à cela une bonne condition physique (30 minutes par jour minimum d’exercice), et vos risques d’attraper un cancer diminueront.

Enfin, pour toutes les femmes qui lisent cet article, sachez qu’il est extrêmement important de vous faire dépister du cancer du col de l’utérus (90% des cas peuvent être évités) notamment par la vaccination et les frottis. Repérer le cancer le plus tôt possible permet de guérir plus vite.

Si ces chiffres peuvent vous faire peur, ils doivent surtout nous motiver à changer nos habitudes nuisibles et nous donner de l’espoir quant à la diminution de la maladie.

Consultez d’autres informations santé

article précédent retour à la liste article suivant