bébé bronchiolite : les enfants âgés de deux ans et moins peuvent être concernés par cette maladie
le 22/12/2014

Avec le retour de l’hiver, attention à la bronchiolite

Comme chaque année, la bronchiolite fait son retour en cette période de l’année. Jusqu’au mois de mars, les enfants âgés de deux ans et moins peuvent être concernés par cette maladie, la plupart du temps bénigne, mais qui provoque des difficultés respiratoires. Si environ 30 % des nourrissons sont touchés chaque année, la bronchiolite peut être évitée grâce à quelques gestes simples.

Selon l’Institut de veille sanitaire (InVs), la bronchiolite, pouvant toucher les plus jeunes enfants comme les adultes, vient de faire son retour en France, comme l’en atteste l’augmentation de 30 % (en une semaine) des prises en charge aux urgences d’enfants de moins de deux ans pour une bronchiolite.

 

Comment se transmet la bronchiolite ?

Engendrée dans plus de 70 % des cas par un virus respiratoire très contagieux (le syncytial), la bronchiolite est véhiculée par la salive et donc transmise par la toux, les éternuements, les mains ou le matériel contaminé (on estime que le virus survit 30 minutes à l’air libre sur les mains et 6 à 7 heures sur du linge).

Si pour un adulte, l’infection du virus syncytial n’entraîne en général qu’un simple rhume et une simple toux, le risque est la transmission au nourrisson. En effet, chez les tout-petits et en particulier chez les moins de trois mois, la bronchiolite peut devenir inquiétante et entraîner des difficultés pour boire, manger et surtout pour respirer, à cause des quintes de toux parfois très fréquentes.

Que faire pour éviter la contamination ?

Plusieurs organismes de santé et notamment l’Inpes (Institut nationale prévention et d’éducation pour la santé) rappellent les réflexes à avoir afin de ne pas infecter un bébé, notamment dans la période la plus importe de l’épidémie (d’octobre à mars, avec un pic de décembre à janvier) :

  • Se laver les mains à l’eau et au savon régulièrement et de façon systématique avant de s’occuper d’un nourrisson,
  • Un parent enrhumé doit éviter d’embrasser son enfant,
  • Nettoyer après chaque utilisation tout le matériel utilisé (biberons, tétines, etc.),
  • Aérer la maison et notamment la chambre du petit tous les jours pendant 10 minutes,
  • Eviter les endroits publics et peu aérés.

Comment soulager le bébé ?

Si une bronchiolite est suspectée (gêne respiratoire, difficulté d’alimentation), pas de panique. La première chose à faire est d’aller consulter le médecin, afin d’établir un premier diagnostic et de faire prescrire un traitement au nourrisson. Sauf suspicion de surinfection bactérienne, le praticien n’indiquera d’ailleurs pas d’antibiotiques. La guérison intervient entre 5 à 10 jours après le début du traitement, même si l’enfant peut encore tousser légèrement pendant environ trois semaines.

Quelques conseils supplémentaires peuvent toutefois aider le nourrisson à se soulager :

  • Lui faire adopter une position de couchage quelque peu inclinée (sur le dos, la tête un peu plus haute que les pieds)
  • Faire boire régulièrement l’enfant,
  • Lui déboucher le nez de façon générale et aussi avant de manger : en effet, pour  un nourrisson, le fait de manger essouffle. Il faut donc, au-delà de le nourrir en petites quantités, lui nettoyer complètement le nez avec du sérum physiologique avant de le faire manger. Sinon, le bébé risque d’avaler de travers,
  • Ne pas l’exposer au tabac : la fumée de cigarette étant un facteur d’irritation, il ne faut surtout pas que le nourrisson malade soit en contact avec du tabac,
  • Ne pas l’empêcher de tousser et ne pas essayer de faire disparaître la  toux, qui est prépondérante pour évacuer les sécrétions des bronches.

Ne pas négliger la kinésithérapie respiratoire : elle aide l’enfant à tousser et à dégager ses bronches. Si elle peut paraître désagréable pour lui, elle est très efficace et non douloureuse.

article précédent retour à la liste article suivant