Avec parcimonie, le soleil est bon pour l’espérance de vie !
le 28/02/2014

Avec l’âge, le bonheur passe davantage par les choses simples

Une récente étude vient de montrer que les événements rendant heureux variaient avec l’avancée de l’âge.

 

 

 

Les raisons de notre bonheur dépendent de l’âge que l’on a

Les choses simples de la vie quotidienne (passer de bons moments avec ses proches, être embrassé affectueusement, etc.) qui peuvent sembler anodines, sont celles qui procurent le plus de bonheur aux personnes âgées.

Publiées dans la revue Journal of Consumer Research, ces conclusions émanent d’une enquête réalisée par deux scientifiques d’Hanovre (Allemagne) et de Philadelphie (Etats-Unis), qui ont souhaité étudier la nature de ce que les personnes, en fonction de leur âge, associaient au bonheur.

Regroupant plus de 200 américains âgés de 18 à 79 ans, les deux chercheuses ont proposé à la moitié du groupe de relater une expérience ordinaire et récente qui leur avait procuré du bonheur, et à l’autre moitié de faire la même chose avec un événement extraordinaire. « Par extraordinaire, nous entendons ce qui est inhabituel et original, au contraire de l’ordinaire, qui relève de la vie quotidienne », explique Cassie Mogilner, co-auteur de l’étude à Philadelphie.

Les jeunes sont plus sensibles au sensationnel et à l’inédit

Les résultats montrent que si les jeunes ressentent plus de satisfaction avec le sensationnel ou l’inédit, les personnes plus âgées trouvent au contraire leur bonheur dans les moments ordinaires.

« Les premiers se sentent vibrer lors d’événements marquants comme l’obtention d’un diplôme, un mariage, un voyage ou de la plongée sous-marine, alors que les seconds apprécient davantage un repas passé avec la famille ou des amis, du jardinage », souligne la scientifique.

D’où provient cette différence ?

Elle pourrait venir, selon les protagonistes de l’étude, de la maturité acquise tout au long de la vie.  « Les seniors n’ont plus rien à se prouver. Ils se définissent par leur quotidien et n’ont pas besoin de se tester par du sensationnel pour exister », expose encore Cassie Mogilner. Ainsi, ils apprécient les choses simples de la vie quotidienne, alors que les plus jeunes sont encore à la recherche de nouveautés pour construire leur personnalité.

Cette transition dans les goûts pourrait également être provoquée par la perception individuelle de la durée de vie restante à chacun. « Les résultats montrent clairement que les personnes qui perçoivent leur vie comme limitée dans le temps attachent plus d’importance à des actions ordinaires. Cet effet est indépendant de l’âge, mais il est évident que plus les personnes vieillissent, plus elles prennent conscience que leur parcours a une fin », précise la chercheuse.

A quel âge se déroule cette transition ?

Selon l’enquête, elle commencerait à se faire progressivement à partir de 35 ans ! « Cela ne signifie pas que l’on préfère jardiner plutôt que voyager dès 35 ans, ironise la chercheuse. Mais on constate une inversion de tendance autour de cet âge, avec un goût de plus en plus prononcé pour les moments ordinaires à mesure que les années passent ».

Enfin, cette étude demeure précieuse pour les services marketing des entreprises. « Ces données sont très utiles en terme de communication, admet Cassie Mogilner. Elles aident à mieux cibler les attentes des différentes classes d’âge. Pour vendre une caméra vidéo, il faudra par exemple l’associer à l’enregistrement de moments simples de la vie quotidienne si on s’adresse aux seniors, ou comme une façon de se remémorer des expériences inouïes pour les plus jeunes ».

article précédent retour à la liste article suivant