Anti-douleurs pharmacie
le 10/10/2019

Les anti-douleurs ne seront bientôt plus en libre accès en pharmacie !

Vous l’avez certainement déjà entendu, les français font partie des plus gros consommateurs de médicaments au monde. En 2017 par exemple, 37,8 milliards d’euros ont été dépensés en France pour l’achat de médicaments. Même si cette tendance est en diminution depuis plusieurs années, de nouvelles mesures devraient bientôt être prises.

La prochaine devrait arriver dès janvier 2020 avec la fin des anti-douleurs en libre accès dans les pharmacies.

 

De célèbres médicaments concernés

L’Agence Nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a indiqué récemment qu’elle souhaiterait limiter l’accès à des médicaments en libre service comme l’aspirine, le Doliprane, l’Advil, l’Efferalgan ou encore le Nurofen.

Ces médicaments très connus des français et souvent utilisés en auto-médication sans véritable contrôle d’un professionnel de santé peuvent être dangereux pour la santé. En effet, ils contiennent du paracétamol pour certains, de l’ibuprofène pour d’autres ou encore de l’aspirine et peuvent provoquer de graves problèmes de santé lorsqu’ils sont mal utilisés.

La paracétamol par exemple lorsqu’il est surdosé peut être à l’origine de graves lésions du foie parfois mortelles. Une jeune femme de 22 ans est justement décédée en fin d’année 2017 suite à une intoxication au paracétamol. Chaque année, 420 millions de boîtes de ce type de médicament sont pourtant vendues en libre-service en France. Il est donc important de prendre des mesures et mettre du cadre dans la vente et la consommation de ces produits.

La volonté de l’ANSM n’est pas de rendre ces médicaments délivrables uniquement sur ordonnance ceux-ci seront toujours disponibles en auto-médication. La différence à partir de 2020 est simplement que tous les médicaments contenant soit du paracétamol, de l’ibuprofène ou de l’aspirine seront placés derrière le comptoir du pharmacien. Ainsi ce dernier pourra pleinement remplir son rôle de conseil et rappeler aux patients les doses maximales autorisées.

Pour rappel, un adulte pesant plus de 50 kilos, ne doit pas consommer plus de 3 grammes toutes les 24 heures. Cela correspond à 1 gramme par prise avec un espace d’au moins 6 heures entre chaque prise. Ces médicaments ayant été en libre service pendant de nombreuses années certaines personnes ont tendance à en prendre dès la moindre petite douleur sans avoir conscience des dangers. C’est justement ce que souhaite éviter l’ANSM avec cette nouvelle mesure.

Si une personne de votre famille ou un(e) ami(e) est un grand consommateur de ce type de médicaments n’hésitez pas à lui partager cet article !

En savoir plus sur ma santé

article précédent retour à la liste