Troubles Bipolaires, journée mondiale
le 30/03/2017

30 mars 2017, journée mondiale des troubles bipolaires

Lancée en France en 2014, cette journée mondiale se tient chaque année le jour de l’anniversaire de Vincent Van Goh, lui-même atteint de la maladie. Cette maladie touche, en France, plus d’un million de personnes mais elle est encore mal connue et reconnue.

Longtemps appelée « troubles maniaco-dépressifs », cette pathologie reste cependant très méconnue et parfois même tabou. Le terme « trouble bipolaire » n’est utilisé que depuis 1980. Cette maladie, présente partout dans le monde, est un trouble de l’humeur. En effet, les personnes n’osent pas avouer à leurs proches qu’elles peuvent avoir des émotions qui varient d’un état d’excitation anormale, voire même d’euphorie à un état de dépressif.

Zoom sur cette maladie

Le trouble bipolaire apparaît pratiquement toujours avant 30 ans.

Plusieurs facteurs peuvent entraîner des perturbations neuro-développement et conduire à l’apparition de symptômes bipolaires : maltraitance durant l’enfance, prise de toxiques par la mère durant la grossesse, cannabis, alcool, troubles du sommeil, conflits familiaux, problèmes au travail.

Il faut surveiller dès le plus jeune âge les signes inquiétants, notamment les enfants anxieux ou souffrant de troubles du sommeil qui ont plus de risque de développer des troubles. Tout comme un adolescent qui serait sujet à un état dépressif. Entre 15 et 25 ans, tous les symptômes pouvant faire penser à cette maladie sont à prendre en compte et à étudier sérieusement pour diagnostiquer à temps la maladie.

Les différents états de la maladie

Elle se manifeste en deux phases : la phase maniaque et la phase dépressive. Entre les deux, la personne retrouve un état normal, mais en réalité chaque émotion ressentie peut déclencher une crise chez les personnes atteintes de troubles bipolaires.  Et ensuite, la dépression revient pour plusieurs semaines voire même plusieurs mois avant que l’euphorie s’installe à nouveau.

« Une personne atteinte de troubles bipolaires est en proie à une très grande instabilité émotionnelle et à un manque de communication entre les émotions et la raison», explique le Dr Daniel Souery, psychiatre au centre Psypluriel à Bruxelles.

Un diagnostic encore trop long

Le principal danger de cette maladie est le suicide. Mais la problématique vient du fait qu’en France, il faut en moyenne 10 à 12 ans pour déclarer « officiellement » que le patient souffre de troubles bipolaires.

Il y aurait donc environ 40 % de personnes dépressives qui seraient malades bipolaires mais qui ne le savent pas.

L’hérédité en cause, la recherche progresse

Si les deux parents sont atteints, l’enfant aura un risque de développer la maladie. Le docteur Stéphane JAMAIN, de l’institut Mondor de recherche biomédicale de Créteil (INSERM) déclare que « On estime que les facteurs génétiques contribuent pour 60 % à l’apparition des troubles bipolaires. En effet, plusieurs études ont montré que les mêmes gènes peuvent être impliqués dans plusieurs pathologies psychiatriques».

Les chercheurs travaillent à décrypter les différentes maladies psychiatriques pour trouver les traitements les mieux appropriés en fonction des symptômes. Car même si les médicaments ne peuvent pas permettent aux personnes de guérir de cette maladie, ils peuvent stabiliser de nombreux malades.

Des études démontrent que des personnes ayant eu des traumatismes dans l’enfance sont plus sensibles à déclencher les symptômes des troubles bipolaires.

Un traitement qui remonte à l’Antiquité : le lithium

Plusieurs études ont démontré que le lithium était le seul remède pour calmer les patients agités. Ce traitement est efficace pour stabiliser à long terme les troubles bipolaires. L’eau potable du robinet contient plus ou moins de lithium, il est donc conseillé d’en boire. Ce qui est confirmé avec le constat fait dans certaines régions où le suicide a été diminué.

A savoir : les bipolaires sont des créatifs

Troubles bipolaires et créativité font bon ménage !

Lorsque les personnes bipolaires sont dans une phase d’excitation (hypomane), elles sont moins fatiguées et donc plus impulsives et sont même à prendre plus de risques. Pour certains, c’est à cette période-là que la créativité est favorisée. Pour exemple : Vincent van Gogh (artiste peintre), Friedrich Nietzsche (philosophe et poète), Ludwig van Beethoven (compositeur), Virginia Woolf  (auteur) étaient atteints de troubles bipolaires.

article précédent retour à la liste article suivant